fbpx
05 57 67 20 11 contact@sugarfree.fr

Début Novembre, SugArfree organisait un nouveau meetup sur le thème de la stratégie environnementale en entreprise.

Selon le GIEC, les émissions de CO2 causées par l’homme doivent diminuer de 45% d’ici 2030 pour éviter une catastrophe planétaire.

Cette transition concerne tout le monde et les individus ont un rôle plus important qu’il n’y paraît. En fait, ce sont eux qui peuvent marquer la tendance et encourager les entreprises à mettre en place une stratégie environnementale à impact plus rapidement. De son côté, l’entreprise à le rôle majeur de faciliter et d’accélérer la transition en cours chez les consommateurs.

Pour comprendre comment elles peuvent jouer ce rôle, nous avons fait appel à différentes entreprises engagées dans une stratégie environnementale :

  • L’Ademe : au quotidien, l’entreprise met son expertise et ses conseils à disposition des entreprises, des collectivités ou encore du grand public pour faciliter leur démarche environnementale.

  • Tcheen : il s’agit d’une plateforme de réservation en ligne de prestations évènementielles écoresponsables.

  • Ethic Drinks : un créateur engagé de vins respectueux de l’environnement, pour une consommation plus éthique.

  • Magelan : La Startup développe des outils et apporte son expertise aux entreprises qui ont la volonté d’agir sur les sujets environnementaux.

  • La Maison pour Rebondir à l’initiative de Suez : à travers son programme Économie Circulaire, elle accompagne des projets qui répondent à l’un des grands piliers de l‘économie circulaire tout en créant de la valeur sociale mais aussi environnementale sur le territoire en question. 

Meetup : Stratégie environnementale en entreprise

Alors quels enseignements peut-on retirer du Meetup ? Pourquoi et comment est-ce que l’on peut adopter une stratégie environnementale à l’échelle de son entreprise ?

L’équipe vous a préparé un débrief ! 👇

#1 Les bénéfices d’une stratégie environnementale existent !

Les consommateurs et leurs nouvelles exigences poussent bien souvent les entreprises à adopter des comportements et des processus plus respectueux de l’environnement. De plus, la règlementation peut aussi avoir une incidence et les pousser à innover sur ces sujets-là. Peu importe les motivations, intégrer une stratégie environnementale à son entreprise à bien des avantages.

Sur l’environnement

C’est évident, le premier bénéfice d’une stratégie environnementale va à la planète. La mener, c’est s’assurer d’avoir un impact toujours plus positif sur l’environnement au sein duquel l’entreprise évolue.

Sur l’image de marque

L’entreprise gagne aussi à mettre en place une stratégie environnementale. Désormais, c’est un critère pour une grande majorité des demandeurs d’emploi au moment de leur recherche. Développer des actions concrètes et visibles en terme d’environnement bonifie donc la marque employeur.

En parallèle, cela booste la fidélité des employés qui y sont particulièrement sensibles. En effet, ce volet rime avec bien-être au travail grâce aux valeurs défendues et aux actions pleines de sens menées au quotidien.

Enfin, les actions en faveur de l’écologie développeront la compétitivité de l’entreprise sur son marché. L’entreprises pourra notamment les défendre à travers sa communication.

Sur la motivation

Pour les employés sensibles à l’environnement, c’est aussi une manière de se sentir utile et donc d’être valorisé. Cela accroit en conséquence la motivation de l’équipe au complet.

Chacun des membres se sent appartenir à un projet commun et partage les valeurs défendues par l’entreprise. L’équipe se sent naturellement plus impliquée pour atteindre l’objectif commun. Une équipe coordonnée, qui va dans la même direction sera forcément plus efficace.

#2 Comment mettre en place cette stratégie environnementale ?

L’idée c’est de se concentrer sur une feuille de route avec les actions principales délimitées sur un certain périmètre afin de s’assurer être en mesure de les réaliser. Le piège c’est de se perdre en voulant trop en faire dès le départ. En fait, il faut bien garder en tête que cela prend du temps.

Demander un accompagnement

Pour démarrer, il est plus facile de se faire accompagner. L’accompagnement permet à la fois de comprendre ce qu’il faut prioriser et permet en parallèle d’entendre des critiques objectives de la part de tiers qui feront avancer le projet.

Il existe plusieurs manières de le faire : via des incubateurs comme les audacieuses à Bordeaux, l’accompagnement de l’ADEME, ou encore des écosystèmes comme du vert dans les rouages.

Ces écosystèmes sont intéressants pour s’assurer de trouver les bons interlocuteurs, créer des partenariats durables ou encore obtenir des conseils sur le discours et la posture à adopter devant les organismes de financement.

Mettre la démarche environnementale au coeur de l’entreprise

Le premier conseil donné par les intervenants lors du meetup porte sur la démarche. Le plus simple reste de construire son projet en prenant en compte la stratégie environnementale dès le départ plutôt que de devoir adapter ses actions par la suite.

Ainsi, lorsque l’entreprise est en cours de création, il est plus facile d’intégrer cette réflexion dès le départ. La logique doit toujours être la même : éviter, réduire, et en dernier recours compenser.

Cette volonté d’agir pour l’environnement doit être transmise à tous les membres de l’équipe. Pour cela, les enjeux doivent être clairement définis et compris de tous au départ. L’idée c’est de créer une charte qui puisse être suivie par toutes les parties prenantes afin qu’elles se sentent réellement impliquées.

Par exemple, Ethic Drinks est une entreprise à mission. La démarche environnementale constitue le fil conducteur des actions de l’entreprise.

S’assurer d’avoir des engagements concrets qui vont de pair avec des actions

Pour comprendre comment limiter son impact, l’entreprise peut dans un premier temps mesurer ses émissions. Elle peut faire appel à des entreprises spécialisées comme Magelan pour faire un bilan carbone complet.

Ensuite, la stratégie pourra être implémentée pour que les produits ou services soient réellement durables. Mais l’entreprise doit aussi se concentrer sur le reste. Ainsi, elle peut privilégier autant que possible le marché de la seconde main et du reconditionné pour l’achat de matériel, de fournitures. De manière générale, elle doit veiller à ce que les fournisseurs aient la même vision. Globalement, pour une réelle efficacité, l’implication de toutes les parties prenantes est nécessaire.

En guise d’exemple, Tcheen, en plus de proposer un service durable, s’assure de limiter son impact en interne: le site interne est placé sur un hébergeur durable, les pages n’ont pas de vidéos et les photos sont compressées. En parallèle, l’entreprise veille à ce que tous ces partenaires aient une démarche environnementale via des processus d’évaluation stricts.

#3 Valoriser la stratégie environnementale

Attention au greenwashing

Le piège en voulant valoriser sa démarche environnementale c’est que l’on peut rapidement tomber dans du greenwashing.

Il faut notamment se méfier de la communication sur la neutralité carbone. C’est souvent un paravent pour les entreprises leur permettant de « noyer le poisson ». En fait, l’intérêt reste de baisser les émissions en amont plutôt que de les compenser après.

Le système de compensation est quand même intéressant surtout lorsqu’il permet de financer des projets en local à l’impact concret.

La transparence est de mise

Pour mettre en lumière la stratégie environnementale de l’entreprise, il faut miser sur la transparence envers toutes les parties-prenantes. La démarche doit être visible. Pour cela, une page peut être dédiée aux actions sur le site internet de la marque et sa communication globale doit les mettre en avant.

Par exemple, Ethic Drinks possède la certification B Corporation, gage de transparence de la part de la startup envers les consommateurs. L’entreprise est en parallèle, partenaire de 1% For The Planet et a choisi d’agir pour WWF et la biodiversité marine en plus d’œuvrer au quotidien pour la protection de l’environnement au quotidien. Toutes ces actions sont visibles et mises en lumière dans une page dédiée du site.

Prouver sa stratégie environnementale

Finalement, lorsque c’est possible, le plus parlant et la meilleure façon de prouver sa bonne volonté en terme de stratégie environnementale, c’est d’obtenir des labels. Ils servent en effet de « preuve » puisque leur obtention nécessaire un audit souvent long et fastidieux.

En parallèle, il est bon de faire contrôler ses actions et démarches par un tiers (cabinet de consulting par exemple). Cela permet de donner encore plus de crédibilité à toutes les actions réalisées.

En résumé…

Une stratégie environnementale se construit et s’adapte au fur et à mesure. Le processus est long et fastidieux mais permet d’obtenir de réels bénéfices à la fois pour l’entreprise, ses parties-prenantes et l’environnement.

Développer une démarche environnementale à impact n’est plus une option pour répondre aux attentes des consommateurs de plus en plus éclairés et renseignés sur le sujet.

Qu'en pensez-vous ?

Partager

Partagez cet article à votre cercle de coworkers ;)