fbpx
05 57 67 20 11 contact@sugarfree.fr

Neuf jardins thématiques ont investi Bordeaux depuis quelques semaines. Les habitants les plus attentifs n’auront pas pu manquer ces grandes jardinières argentées, exposées dans les différents quartiers de la belle endormie. Elles font en fait pleinement partie de l’exposition grandeur nature « Paysans designers, un art du vivant ».

carte bordeaux
Crédits: MADD Bordeaux

Cet évènement culturel est né de la volonté d’une nouvelle génération de paysans nommée « paysans-chercheurs ». Ce sont ceux qui cherchent à nourrir tout en régénérant les sols plutôt qu’en les exploitant. Ils ont alors décidé de collaborer avec des designers et des personnalités de l’univers de l’écologie dans le but de parrainer chacun de ces jardins.

L’équipe est partie à la découverte de cette exposition unique, « hors les murs » qui s’inscrit parfaitement dans le projet « ecoworking » de SugArfree. 👇🏻

Une aventure pédagogique 🎓

Chaque plantation porte sur une thématique particulière, directement liée à l’exposition. Les jardinières ont pour objectif d’accompagner le passage d’un univers plutôt théorique: celui d’une exposition au musée, au monde pratique. C’est de cette façon que le rôle de la biodiversité dans le bon fonctionnement des écosystèmes est démontré.

L’exposition hors les murs est donc là pour pour ramener du vivant en ville. Des signalétiques pédagogiques accompagnent ces fleurs, céréales ou encore fruits pour un partage et une transmission réussis. Ainsi, la population est en mesure de comprendre l’importance de sa coopération dans la régulation du climat.

jardin quinconces

Portée par des acteurs engagés 🌱

Différents acteurs portent cette exposition et ont pour objectif commun de réinventer et d’adapter les processus de l’agriculture aux spécificités locales et citadines.

Ainsi, paysans, designers et personnalités du monde de l’écologie ont collaboré pour imaginer et créer ces plantations.

Ces drôles de jardinières ont donc été conçues par le designer François Bauchet. Il s’est inspiré « de techniques et de matériaux du monde agricole » pour rester dans le thème et pour s’assurer de leur pérennité.

Ensuite, chacun des acteurs du projet a veillé à mettre « sa patte » pour rendre les jardinières uniques.

Ainsi, Gilles Boeuf, biologiste et président du conseil scientifique de lAgence Française pour la biodiversité, a imaginé une prairie fleurie en ville. L’idée c’est de déclencher une prise de conscience chez les habitants, de façon indirecte. Ces jardins au coeur de Bordeaux représentent une symphonie d’odeurs et de couleurs, appelant à l’émerveillement. Ils ont été imaginés pour être symboles d’espoir. En fait, en France, sur 7 000 espèces de plantes, 1 000 se trouvent encore dans nos villes. C’est pourquoi, aucun effort n’est vain.

Focus sur les jardinières de notre quartier: Bordeaux Sud

Le coworking à la chance de retrouver dans son quartier, à quelques minutes à pied, deux jardinières parrainées par de grandes figures du monde de l’écologie.

1- Les plantes phyto-remédiatrices, par Anne Fischer

Entre deux trains, vous pourrez observer le jardin de la gare Saint Jean imaginé par la talentueuse Anne Fischer, designer du monde de l’écologie.

Elle a voulu mettre en avant une solution de réhabilitation face aux conséquences désastreuses des activités humaines en terme d’écologie. Il s’agit de la phytoremédiation qui utilise des espèces végétales capables de limiter mais aussi maîtriser voire remédier à certains polluants.

jardin gare Saint Jean

2- La coopération du vivant, par Pierre Rabhi

Pierre Rabhi s’est lui inspiré de ses origines Algériennes pour réaliser cette jardinière située place de l’Église Sainte Croix. Là où il est né, l’agro-écologie est pratiquée. Cette technique agricole permet aux populations de « regagner en autonomie, en sécurité et en salubrité alimentaire tout en préservant le patrimoine nourricier ».

jardin église sainte Croix

Les jardins dans Bordeaux, un projet ludique 🧠

Le projet hors les murs des paysans designers est collaboratif et ludique. En effet, plusieurs structures participent, d’une façon ou d’une autre, à l’exposition.

Ainsi, plusieurs élèves d’écoles primaires bordelaises mettent du coeur à l’ouvrage en créant notamment les étiquettes qui accompagnent les neuf jardinières dans les différents quartiers de la ville. Ils participent ensuite à la mise en place de ces jardinières. Les médiateurs du MADD Bordeaux s’assurent de sensibiliser les enfants à travers différentes animations.

Enfin, différentes associations et institutions très actives sur notre territoire rendent possibles l’entretien et les animations tout au long de l’exposition. Parmi elles: Le jardin de Noviciat ou encore Local’Attitude.

Une exposition pérenne 🪴

L’exposition ne se veut pas moralisatrice. L’enjeu est de mettre en lumière de nouveaux scénarios, qui donnent envie de collaborer, qui sont en fait « désirables ».

Ces scénarios optimistes et prometteurs pourront encore être observés jusqu’au début de l’année prochaine.

Mais, le projet « hors les murs » se veut durable, en accord avec ses valeurs. C’est pourquoi ces nouveaux jardins de Bordeaux ne seront pas mis de côté une fois l’exposition terminée. Ils se transformeront en jardins partagés pour les habitants.

Des jardins à Bordeaux pour réinventer l’agriculture

Finalement, cette exposition est l’opportunité de remettre le sol, et plus largement, la biodiversité au coeur de nos préoccupations. Ce projet « hors les murs » est tout particulièrement intéressant puisqu’il propose un regard neuf, sur de nouvelles pratiques pleines d’avenir.

Cet article présente quatre jardinières sur les neuf déployées à Bordeaux. En avez-vous découvert d’autres ?

Qu'en pensez-vous ?

Partager

Partagez cet article à votre cercle de coworkers ;)