fbpx
05 57 67 20 11 contact@sugarfree.fr

À quoi ressemblera le travail de demain dans un monde post-pandémie ? Cette question s’est légitimée avec l’apparition de la crise sanitaire. Elle est venue bouleverser les habitudes de travail. Beaucoup ont su apprécier les avantages du remote qui leur a souvent permis de trouver un meilleur équilibre entre vie professionnelle et vie personnelle. On assiste ainsi à un déclin du travail en bureau physique tel qu’on le connaissait, au profit d’autres espaces plus insolites (publics, privés, tiers-lieux…).

Aujourd’hui, alors que le retour au bureau se fait progressivement, il semblerait qu’il n’y ait pas de « retour à la normale » possible. La tendance est au mode hybride: un mix entre télétravail (qu’il se fasse en home office ou depuis un tiers-lieu) et bureau classique. Ce modèle permet d’allier les nouvelles exigences des travailleurs: besoin de lien social et de collaboration tout en évitant l’altération de l’équilibre pro/perso.

Une enquête menée par Work Place Intelligence et We Work en ce début d’année, illustre d’ailleurs parfaitement cette dynamique. En parallèle, un salarié sur deux souhaiterait passer au maximum trois jours par semaine au bureau.

Naturellement, ce modèle hybride va apporter avec lui de nouvelles exigences.

Des bureaux profondément modifiés

Les bureaux ont été complètement déstructurés depuis le passage de la crise sanitaire. Les entreprises cherchent aujourd’hui à ré-organiser leurs espaces pour être en accord avec les attentes du marché.

L’optimisation

Il est temps de dire au revoir aux immenses bureaux. Les entreprises n’hésitent pas à les troquer contre de nouveaux espaces, plus petits et surtout, plus flexibles. En effet, le covid19 n’a pas disparu et implique donc une jauge à respecter au sein des bâtiments et une distanciation naturelle plus importante qu’avant. En parallèle, le télétravail s’est démocratisé ce qui implique moins de travailleurs en même temps et donc des espaces vides si la taille du bureau n’est pas diminuée. C’est donc l’opportunité pour les entreprises de baisser leurs besoins en surface ou bien de repenser l’aménagement de leurs locaux. Certaines entreprises repensent ainsi les immenses open spaces désormais vides pour en faire des espaces de coworking ouverts à tous.

De plus, la rationalisation de l’espace permet de diminuer très largement les coûts. Les entreprises étaient souvent engagées dans des longs baux rendant leurs lieux inflexibles et inadaptés au travail de demain. Désormais, ce sont donc les contrats de service, courts (d’un ou deux ans) qui sont privilégiés. Ils sont en effet moins contraignants et permettent à l’entreprise de faire évoluer ses espaces en même temps que ses besoins.

Un espace à l’image de la culture d’entreprise

Demain, il y aura autant de bureaux que d’entreprises. L’idée c’est de les rendre à leur image et donc d’obtenir plus de diversification. Ainsi, ces espaces se devront d’être source d’inspiration, de créativité et de partage pour les collaborateurs. Pour cela, les entreprises devront jouer sur le choix des couleurs, des matériaux, de la décoration ou encore du mobilier.

Les lieux auront donc leur propre identité afin de créer une atmosphère plus propice à la productivité. Ce point est très important puisqu’il permettra aux employés de garder la motivation de venir au bureau. Ces espaces deviendront en fait un réel avantage concurrentiel pour les structures.

Un environnement dynamique

Enfin, la tendance n’est plus au « bureau à tout faire ». Les salariés ont besoin d’un aménagement diversifié, qui s’adapte aux différents usages de travail. En effet, si les salariés se déplacent au bureau c’est avant tout pour avancer sur des projets en équipe, garder le lien social mais aussi pour rester motiver et ne pas perdre de vue l’objectif. Ainsi, le lieu sera démultiplié: espace ouvert pour inciter à la collaboration, zones plus intimistes, salles de réunion, bulles de confidentialité, etc. L’entreprise devra donc jouer entre agencement individuel et collectif.

Mais l’espace devra plus que tout refléter la méthode de management de la structure. Pour retenir les talents, l’entreprise devra donc redoubler d’efforts en créant des zones de détente et de repos: restaurants, douches, salles de sports, espaces verts extérieurs.

De nouvelles méthodes de travail

La mise en place massive du télétravail a elle aussi profondément modifié les comportements des travailleurs et la façon dont ils organisent leur journée.

  • Nomadisme

Une approche plus flexible, moins centrée autour du présentiel est apparue: le nomadisme. Ainsi, il n’y a plus réellement de bureau attitré ni de hiérarchie au sein des espaces.

En parallèle, les travailleurs aiment alterner entre home office, tiers-lieux et leurs bureaux durant la semaine. C’est de cette façon qu’ils trouvent leur équilibre entre vie professionnelle et vie personnelle. En effet, ils peuvent ainsi combiner réduction du temps de trajet, garder le lien social mais aussi avancer sur des projets en équipe.

Les entreprises qui prônent ce mode de travail seront considérées comme plus attractives, productives mais aussi plus éco-responsables.

  • Flexibilité

Les « horaires de bureau » laisseront place aux journées flex. Le télétravail a permis de déstructurer les journées de travail. Chacun peut s’organiser de la manière dont il le souhaite. Le bureau n’est plus le lieu où on a besoin de se rendre tous les jours à des heures précises.

Les salariés souhaiteront travailler pour des entreprises qui leur permettront de garder la flexibilité dont ils ont pu profiter ces derniers mois.

  • Lien social

Enfin, le lien social dont les collaborateurs ont tant manqué ces derniers temps aura une place primordiale dans le travail de demain.

En effet, la communication physique est essentielle pour consolider les liens et éviter les mauvaises interprétations. Le coworking est intéressant pour développer cet aspect là. En effet, il permet de se réunir avec ses collègues et ainsi être plus productifs. En effet, il a été démontré que le travail à distance a augmenté les réunions en visioconférence. Ainsi, les collaborateurs auront besoin de ces points en physique qui se voudront sans doute plus informels qu’ils l’ont été.

Les bureaux devront donc jouer leur rôle de pôle social et collaboratif.

réunion en physique

La place laissée à l’engagement

  • Le bien-être prime

Alors que certains ont connu le travail en home office, il est essentiel pour eux de travailler dans un lieu physique adéquat, loin des sources de distraction et de stress.

Les entreprises qui optent pour une restructuration de leur espace de travail devront donc s’assurer de prendre en compte les besoins de leurs salariés même d’aller au-delà. Ainsi, elles devront être en capacité d’offrir différents services que la maison n’est pas en mesure de fournir. Pour un quart des salariés, l’accès à des services comme les boissons, les encas ou encore les douches est devenu un critère. En fait, ils veulent pouvoir s’épanouir autant que dans la sphère privée.

De plus, la localisation joue un rôle très important. Le quartier est un critère de choix. Les millenials plébiscitent une vie de quartier animée. De plus, les travailleurs apprécient un lieu desservi par les transports en commun et facile d’accès pour éviter des temps de trajet à rallonge.

Enfin, le bien-être passe aussi par l’appartenance à une communauté. Afterworks, webinars, pauses fika ou encore moments sportifs, les salariés sont friands de ce type d’évènements.

  • L’environnement comme la nouvelle priorité

Les espaces devront être de plus en plus éco-responsables. En effet, les salariés sont une grande majorité à être sensibles à l’engagement de leur lieu de travail.

Ainsi, les espaces devront aller plus loin que seulement trier leurs déchets ou réduire le gaspillage. Ils devront notamment tendre vers un modèle de zéro-déchet.

Une étude menée par BureauxLocaux en Septembre 2020 illustre parfaitement cette tendance. En effet, 57% des sondés sont sensibles et donc favorables à la mise en place du zéro plastique.

Le bureau idéal se doit donc d’être responsable, en maîtrisant sa consommation énergétique mais aussi en implémentant des solutions durables et efficaces permettant de sensibiliser.

Pour résumer le travail de demain…

Le travail de demain ne ressemblera en rien à ce que l’on a pu connaître ces dernières années. La transition se poursuit vers de nouvelles méthodes de travail plus flexibles. Le nomadisme, la création de lien social ou encore l’engagement seront des axes sur lesquels se focaliser. En conséquence, les bureaux devront être repensés pour répondre à ces nouvelles attentes.

Qu'en pensez-vous ?

Partager

Partagez cet article à votre cercle de coworkers ;)